Deux mois c'est long. Et il s'en est passé des choses.
J'ai un peu honte d'avoir attendu tout ce temps pour venir me livrer ici, d'avoir inquiété certaines personnes, mais je crois que j'ai besoin d'un peu de temps pour intégrer et mettre des mots sur tout ce qui m'arrive.
Car si le moral est toujours bon, à bloc avec mon entourage, je suis devenue beaucoup plus sensible, que n'importe quelle chanson  (bon, ok, faudrait peut-être que j'écoute plus de tubes de Patrick Sébastien et moins de "U turn" d'AAron), n'importe quel série débile de l'après-midi, ou même le simple fait de penser au jour de l'an - le jour où on en finira avec cette putain d'année de merde de sa race de 2012 - peuvent me faire pleurer à chaudes larmes. Et puis on pleure beaucoup plus facilement quand on a plus de cils.
Alors mettre des mots dans ces moments-là, c'est parfois un peu éprouvant.
je sens que je traverse une période un peu plus difficile moralement, mais globalment les nouvelles sont bonnes.

Tout d'abord j'ai fini mes séances de chimio, youhouhouuuuuuu !
J'ai plutôt pas mal supporté les 3 dernières avec le Taxotère, ayant eu assez peu d'effets secondaires. Plus de nausées, plus de fatigue, ça c'était assez appréciable. Par contre, j'ai eu des douleurs aux extremités ,genre comme si on te retournait les ongles de chaque doigt (mais en plus nuancé niveau douleur), les ongles qui ont blanchi ou jauni (mais ça ça se cache facilement avec du vernis, alors je m'en tape un peu, je suis plus à ça près hein!), des douleurs intestinales (je vous passe les détails, je tiens à conserver un semblant de dignité), de violentes courbatures, la perte du goût (ce qui fait que j'ai beaucoup mangé , recherchant dans chaque aliment un semblant de goût, et me lestant ainsi de 5 bons kilos supplémentaires) et la perte de ce qui me restait de cils et sourcils (cela devrait en rassurer et satisfaire certaines qui ne trouvaient pas normal que je ne les ai pas perdus jusque là ...). Le tableau que j'en fais parait un peu noir, mais il n'en st rien, car tous ces désagréments se sont succédés, et ont été faciles à gérer l'un après l'autre.
Pour chaque chimio, j'étais équipée de gants et protège chevilles réfrigérés, servant à protéger les ongles. Pas très agréables à porter, car le froid brûle au bout d'un moment, il faut quand même les considérer comme de précieux alliés pour les ongles  et ne pas hésiter à les demander au personnel médical.
La dernière chimio a eu lieu le  8 octobre. Meme si je suis super contente d'en avoir fini, c'est à partir de ce moment-là que la fatigue m'est tombée dessus. Cela faitdonc quinze jours que je ne fais quasiment que dormir et me reposer. Probablement l'accumulation de toutes les chimios. Peut-être un relâchement de ma part aussi, comme si maintenant que le job était fait dans cette première partie de traitement j'avais le droit de me laisser aller. Probablement aussi parce que j'ai choppé un rhume, et que si cela peut paraitre quasi anodin quand on est en bonne santé, c'est beaucoup moins évident quand on n'a presque plus de défenses immunitaires, un taux de globules blancs au plus bas  et même plus de poils dans le nez pour filtrer les microbes (oui,oui, plus de poils là aussi!!). Mais ça va, je m'accroche, et je sais que bientôt je vais pouvoir reprendre un rythme plus normal, me remettre au sport (et arrêter de m'empiffrer !!) et au boulot.


Ce matin, j'avais rendez-vous pour le scanner de repérage avant de commencer la radiothérapie. On m'a tatoué de tous petits points autour du sein pour savoir où irradier et exterminer les deux tumeurs.
Pour celles et ceux qui connaissent le protocole habituel du traitement du cancer du sein, vous aurez noté que je vais entamer la radiothérapie avant même d'avoir été opérée. Car oui, je ne serai opérée qu'en toute fin de traitement, soit début janvier.
Je vais en fait bénéficier du programme M-ric, un traitement moderne permettant de reconstruire immédiatement le sein par lambeaux dorsal et éviter ainsi la masectomie totale. Parce que je n'arrivais pas à me faire à l'idée. C'était trop dur. Parce qu'une copine sur Facebook qui traverse la même chose que moi (sauf qu'elle a 25 ans) m'a parlé de cette technique et du chirurgien qui la pratique, à Montpellier(une spécialiste du sein, sénologue donc, une pointure dans le domaine). Parce que j'ai pû rencontrer ce chirurgien, que le courant est très bien placé, qu'elle m'a parlé comme aucun médecin ne l'a fait jusqu'ici.
Donc, si ça vous intéresse, et là je m'adresse surtout à toutes celles qui sont dans la même tourmente, l'opération consiste à décoller un muscle du dos (le grand dorsal, qui apparemment ne sert pas à grand chose), à le faire pivoter en sous cutané sur le torse et à le mettre dans le sein (où il n'y aura plus rien). L'opération se faisant par le téton, pas de cicatrice visible sur le devant, mais une sacrée balafre dans le dos. Opération assez lourde mais qui présente plusieurs avantages par rapport à l'ablation. Déjà, le nombre d'opération se limite à deux (ce qui est déjà beaucoup), ensuite pas de cicatrice sur le devant, et pas de prothèses (parce qu'avec les prothèses, il y a toujours le risque de rejet, et puis faut les changer tous les 10 ans, et puis moi en fait je suis bizarre mais je préfère mes petits seins). Quatre à six mois plus tard aura lieu la deuxième opération, et là on va me faire un truc quue toutes mes copines m'envient : un lipomodelage. A savoir qu'on va me prendre de la graisse des hanches-cuisses-seins pour me la mettre dans le nichon! Ouais, je sais, c'est le rêve ! (Bon, là je fais la mariole, mais je sais que c'est douloureux! Je suis plus à ça près!)
Malgré la lourdeur des interventions, je suis quand meme super contente de pouvoir bénéficier de ce programme dit "moderne" et laisser une chance à mon sein de rester plus ou moins tel quel (la grosse question du moment, entre le chirurgien de Beauregard et celui de Montpellier est : peut-on conserver le mamelon ? Affaire à suivre...). La recherche a fait de gros progrès ces derniers temps, j'ai de la chance, mais qu'on ne me dise plus "Ah? Un cancer du sein ? Mais c'est rrrrrrrrrrrrrien, ça se soigne super bien!"


Donc voilà, je commence la radiothérapie le 5 novembre, pour 7 semaines. je devrai finir mi-décembre et pouvoir passer les fêtes tranquilles. Dès que je serai sur pieds, je compte bien me remettre au travail, j'ai déjà pleins d'idées, et puis j'aimerais faire quelques petits travaux dans la maison aussi. J'espère que la radiothérapie ne me fatiguera pas trop, car le plus contraignant dans ce traitement, c'est qu'il faut aller à l'hopital tous les jours. A part ça, je crois que ça va le faire, alors je me réjouis d'avoir quelques semaines "cools" devant moi pour pouvoir un peu reprendre ma vie en mains.

Une autre très bonne nouvelle que j'ai à vous annoncer, c'est que le tryptique de photos réalisées par mon amie Nadra a remporté le deuxième prix du Pink Ribbon Award 2012 organisé par Esthée Lauder . Truc de fou ! Grosse soirée dans un hôtel parisien super chic , avec pleins de peoples et Liz Hurley pour la remise des prix. la grande classe quoi! Nadra m'a bien proposé de l'accompagner, mais c'était un peu trop juste question planning. Mais je suis ravie pour elle, pour son travail, parce qu'elle le mérite vraiment et que c'est une belle personne. Moi j'avais déjà tout gagné avec cette séance photo, je m'étais acceptée ave ma nouvelle tête, mes filles avaient compris qu'elles n'avaient pas à avoir peur de cela, et j'ai même encouragé d'autres malades à se faire prendre en photos, parce que si nous traversons toutes une période difficile, elle nous fait grandir aussi, et il ne faut PAS L'OUBLIER.

Je suis toujours portée par vos encouragements, vos mots adorables. J'aimerais juste rebondir sur un mot avec lequel certains de vos mots me qualifie qui est celui de "courageuse". Honnêtement, je ne crois pas être spécialement courageuse. Comme beaucoup d'entre vous, j'ai des enfants, et pour elles je me dois d'être forte et de ne pas craquer. Vous en feriez autant, ne me dites pas que ce n'est pas vrai.
Des fois je me dis que si j'ai une qualité , alors c'est peut-être celle de savoir oublier. Oublier en m'encombrant la tête d'une multitude de petites activités complètement futiles : émissions débiles à la téé, films, shopping, cafés et mojitos avec les copines, Facebook, Pinterest, Instagram, blogs, crochet ou mini ouvrages de couture, dessins, lecture (suivant l'état de fatigue). Du joli, du cosy, du rose, du "qui brille", du "vis ma vie de Barbie"! Juste pour oublier. Pour pouvoir dormir un peu. Ne pas penser à tous les milliers de morts en Syrie, aux enfants qui crèvent de faim à l'autre bout du monde ou au clodo en bas de chez moi. Ne pas penser à la mort qui me tend chaque jour un peu plus les bras. Ne pas penser à la maladie. Celle qui me ronge de l'intérieur.
Et le cancer c'est une maladie qu'on peut facilement oublier. Le cancer c'est la maladie de la tricherie par excellence! Une vraie petite pute d'hypocrite!
Parce qu'en apparence on peut presque tout cacher.
-T'as plus de cheveux ? Une petite prothèse capillaire fera totalement illusion ;)
-T'as plus de sourcils ? Un super crayon de maquillage (merci Palmyre) vous en dessinera de nouveaux plus vrais que nature. ;)
-Presque plus de cils? Un coup d'eye liner, et ça fera - presque- l'affaire. ;)
-Des ongles tous pourris ? Hop, un vernis spécial + une couche de couleurs, et on fera comme si on avait rien vu! ;)
-Un ou deux seins en moins? Tiens, voilà une prothèse, et on dirait qu'il y a du ùmonde au balcon ! ;)
Rien de terrible en apparence. Les commerçants du quartier n'y ont vu que du feu. "Oh, vous avez coupé les cheveux, c'est sympa comme tout!" Docteur Jekyll et Mister Hyde!
il en va de même pour l'humeur. En apparence, tout va bien....
C'est pourquoi l'idée de me remettre bientôt au travail me réjouit. Il me tarde de pouvoir vous présenter quelques petites nouveautés et de mettre des photos un peu plus gaies par ici. je vous donne donc rendez-vous tres bientot dans un premier temps pour un petit vide-atelier.

A très bientôt (moins de deux mois c'est sûr!)