Une fois de plus, le temps s'est écoulé sans que je ne m'en rende compte. 2 mois de nouveau.2 mois riches d'émotion, 2 mois où je n'ai cessé de me battre, 2 mois sans nouvelles ce qui en a inquiété certaines, 2 mois pendant lesquels nous avons changé d'année et ouvert ensemble une nouvelle page toute blanche, toute propre et pleine de promesse, 2 mois et 2013.

Au moment où j'écrivais mon dernier message, je n'avais pas encore commencé la radiothérapie. Je n'appréhendais pas trop, je savais que c'était "quiquette" (quelle charmante expression n'est-ce-pas?) à côté de la chimio, une petite promenade de santé où la principale contrainte réside surtout dans le fait de devoir se rendre chaque jour à l'hôpital. Bon, ça n'a rien d'agréable non plus. Se retrouver torse nu sur une table mécanique, bras en l'air et jambes surélevées avec 4 à 5 personnes le nez sur/dans votre sein pour calculer l'angle des rayons  au millimètre près, puis ne pas bouger d'un iota pendant une dizaine de minutes alors qu'un appareil tourne autour de vous en faisant des drôles de bruits, ce n'est certes pas agréable, c'est vrai. Mais ça n'a rien de douloureux. Et je n'ai eu à déplorer aucun effet secondaire. Je me suis très vite fais  pote avec l'équipe sur place, donc les 27 séances prescrites se sont toujours passées dans la bonne humeur.
Ca a été un peu plus compliqué avec l'équipe de taxis qui s'occupait de gérer tous les transports, il m'est arrivé de tomber sur quelques personnages pas forcément très gracieux, d'autres carrément racistes, mais certains heureusement d'autres étaient très symathiques et très drôles, ce qui fait qu'on peut dire qu'en moyenne ça a été. D'ailleurs à ce propos, je soutiens à 100% l'opération escargot lancée il y a quelques jours contre le projet de la Sécurité Sociale qui souhaite faire des appels d'offre pour les transports des malades, donc ne faire bosser que les très grosses sociétés de taxis au lieu des petites structures indépendantes qui aujourd'hui travaillent quasi toutes à 100% pour la Sécurité  Sociale. Il fait peur ce projet, si ça se trouve dans quelques temps la Sécurité Sociale ne prendra plus du tout en compte le transport des malades, ce qui signifie que les gens qui habitent en banlieue ou loin de leur centre de traitement vont bien galérer.
Bref, voilà, donc j'ai fais les 27 séances de radiothérapie sans trop d'encombres, juste il fallait que je prévois que ça allait me prendre environ 3 heures dans la journée (et pourtant je ne suis pas si loin de l'hôpital), mais si on est bien équipés (un bon bouquin, un petit ouvrage au crochet et un smart phone) le temps passe vite!
La dernière séance était le 14 décembre. C'est à peu près à ce moment-là que mon sein a commencé à légèrement brunir, la peau devenue plus ferme, plus épaisse (tout-à-fait normal); j'ai continué à bien me masser avec l'huile sêche (à la vitamine E pure) qui m'a été prescrite (Véa Spray, pour celles que ça intéresse, un produit miracle qui sert aussi de démaquillant et de soin du visage) et mon sein a vite repris sa teinte d'origine.
Et puis sont très vite arrivées les fêtes de fin d'année. Noël en famille, avec une saveur toute particulière. Puis la Saint Sylvestre et l'occasion d'en finir pour de bon avec cette année 2012......2012 la loose,oui....Mais finalement pas tant que ça. En faisant le bilan dans ma tête, tout n'est pas noir, bien au contraire. La maladie m'a foutu un sacré coup de pied au cul, c'est vrai. Mais aussi l'occasion de me poser les vraies questions, de savoir où était vraiment le bonheur....Faut absolument que je liste tout ça!
Alors, alors, voici la liste des EFFETS MALEFIQUES et EFFETS BENEFIQUES qu'on entrainé chez moi le CANCER :

* Les effets maléfiques :

-LE TRAITEMENT ET SES EFFETS SECONDAIRES : là c'est la chimio qui est en tête de liste, suivie de l'opération - j'imagine, puisque je n'y ai toujours pas eu droit- , et la radiothérapie...Restera aussi l'hormonothérapie pour les  ans à venir, mais là je ne suis pas du tout encore dedans - Donc les nausées, la fatigue, les courbatures, des douleurs aux mains et doigts, la perte des cheveux bien sûr, des cils, des sourcils (et poils du nez, j'en avais déjà parlé) et la tronche de cake qu'on doit se taper pendant plusieurs mois.

-La MORT, bien sûr. Ou la peur de la mort. Elle est là, omniprésente, tapie dans l'ombre à guetter le moindre de mes faux pas, dans mes angoisses les plus profondes et les cauchemards de mes filles. Ce qui me fait le plus peur à présent, c'est la peur de récidive. Parce que si  2 tumeurs(dont une de presque 3cm !!!!!!!) ont pû se loger comme ça au creux de moin, en mon sein, sans que je m'en rende compte et sans savoir pourquoi, alors pourquoi ça ne reviendrait pas ??? Et là je ne suis pas sûre que j'aurais la force.....

- Les SEQUELLES. Pourrais-je continuer à coudre après l'opération ? Comment va aller mon bras gauche ? La cicatrice dans mon dos ? Vais-je arriver à perdre le poids pris ? Mes ongles des pieds vont-ils rester oranges ? Les cheveux blancs qui arrivent par centaines à la repousse vont-ils rester ? (pour le dernier point je me fais pas trop d'illusions hein). Dur de se voir vieillir de plusieurs années en quelques mois, alors qu'on est juste à l'âge charnière où on arrive encore à repousser les premiers signes de vieillissement. Dur quand on a toujours été ultra coquette et un peu Diva sur les bords.
Et puis il  y a aussi les dommages collatéraux, les séquelles que cela laissera sur mes proches, ma famille.

-LA TRISTESSE. Alors aujourd'hui je peux pleurer sur commande, trop fac'. A moi les cours Florent ! Non sans déconner, c'est vrai, je suis devenue très très émotive, je pleure pour un rien, et en même temps ça fait un bien fou. Mais quand je suis seule et que je pense à ma maladie, tout ce que ça m'évoque c'est de la tristesse, beaucoup de tristesse. Triste pour Lila et Thaïs, parce qu'elles n'auront finalement pas l'enfance insouciante que j'ai pû connaître avec une maman en parfaite santé.

*Les effets bénéfiques :

- L'AMOUR, L'AMITIE, les RENCONTRES. Celui de mon homme, de mes filles, de mes parents, de mes frères et soeurs, de mes meilleurs amis, de mes cousins-cousines, de mes oncles et tantes, de mon grand-père, de ma belle-famille, de mes copains, mes copinautes, celui de celles et ceux ici qui m'en ont offert le leur sans même me connaître. Celui de tous ceux et celles qui traversent le même tunnel, et pour qui je ressens aujourd'hui une infinie tendresse.

-LE SOUTIEN, et j'en ai eu croyez-moi! Tous les petits mots, messages, attentions, cadeaux, fleurs,pensées, qui m'ont portés jusqu'à aujourd'hui.

-LA DECOUVERTE DES BONHEURS SIMPLES et l'ENVIE DE PROFITER DU MOMENT PRESENT. Parce que jusqu'ici j'étais une éternelle insatisfaite, une râleuse invétérée. Mais quand on est malade, les jours où on va bien on profite puissance 10.000 et on mesure toute la chance qu'on a, de pouvoir être soignée dignement et gratuitement, d'avoir une famille, des gens qui t'aiment, un toit sur la tête et des assiettes bien remplies.

-LE SENTIMENT DE SECURITE et la SERENITE. L'entourage qui te prend en charge, physiquement, financièrement, moralement, avec une seule chose à faire : se battre pour aller mieux. Comme un nourrisson qui se fait cajôler. D'ailleurs c'est fou comme cette maladie me renvoie à la grossesse et à l'état de bébé : le petit intrus qui est là en toi (mais version moche, très moche), l'intervention pour l'extirper, la durée du traitement qui est approximativement de 6/9 mois, le crâne aussi lisse que celui du nouveau né (et quand ça repousse, c'est comme une nouvelle naissance), les siestes de l'après-midi,....Bref, c'est peut-être un peu tiré par les cheveux-ah,ah,ah!- et pas forcément très clair, mais c'est ce que ça m'évoque aussi....
Et puis il y a aussi le sentiment de sécurité apporté par le suivi médical. La récidive me terrorise, et en même temps je vais être suivie de près, alors s'il y a quoi que ce soit, on s'en rendra vite compte. C'est ce à quoi je m'accroche en tous cas !

-L'AVENIR, qui te tend les bras. Alors qu'auparavant il m'effrayait, aujourd'hui il porte tous mes espoirs. Tout est possible ! Il ne tient qu'à moi. il ne tient qu'à nous.
Vous inquiétez pas, je suis pas entrée dans une secte, je parle bizarrement je sais, mais peut-être ai-je simplement gagné de la SAGESSE. Aujourd'hui, je sais que je peux devenir ce que je veux. Faut juste se faire un peu violence et se foutre des coups de pieds au cul. Donc ça va aller.

-L'envie d'être MEILLEURE. Une meilleure personne. Et je crois que c'est ce que la maladie m'a offert de plus beau.

Liste non exhaustive, mais pour l'instant, c'est tout ce qui me vient à l'esprit.

Aujourd'hui, nous sommes en 2013, j'ai reçu des tonnes et des tonnes de messages de voeux, et je vous souhaite aussi à vous tous,

LA PLUS BELLE DE
TOUTES LES ANNEES !!

734228_10151327608399474_397447799_n

Mon plus grand voeux pour 2013 est de pouvoir donner à mon tour, de pouvoir aider des hommes et des femmes qui vont -fatalement - passer par là eux aussi. De pouvoir leur apporter mon soutien, mon expérience, et de faire tout ce que je pourrai pour eux. J'ai pleins d'idées dans ma tête, et je crois que je pourrai aussi compter sur vous. Parce que je sais que vous, les bloggueuses, copinautes et autres lectrices de l'ombre, vous sentez concernées aussi. Parce que vous avez presque toutes dans votre entourage proche quelqu'un qui a un cancer, parce que c'est presque banal finalement.

Mais nous n'y sommes pas encore, j'ai encore quelques marches à gravir avant d'atteindre l'arrivée.
La troisième et -presque- dernière étape, l'opération, est dans 15 jours. je suis partagée entre la peur de l'intervention et la joie de ne plus avoir ces pourritures de tumeurs qui détruisent mes cellules en moi. Une nouvelle page toute blanche.
En tatendant le 29 janvier, je profite de chaque instant. J'ai passé toute la semaine à ranger l'appartement de fond en comble. J'ai énormément jeté, jeté et encore jeté. A un moment, je me suis souvenue de cet épisode de Desperate Housewives où Lynette, après son cancer, passe toute une nuit a essayé d'exterminer l'oppossum qui détruit son jardin. Mon opposum à moi, c'était toutes ces choses inutiles dont il fallait que je me débarasse. des mini cancers un peu partout que je ne voulais plus voir. Pour retrouver la page blanche...Celle sur laquelle tout reste à écrire....

* La vie est belle ! *

[Pour parler de choses plus légères, je couds et crochète malgré tout  intensément en ce moment. Mon ordi ayant lui aussi lancé l'opération escargot dès qu'il s'agit de charger des photos je n'ai pas trouvé la patience de le faire ici, en revanche je suis très active sur Instagram, comme l'auront noté les copines. Si vous souhaitez me suivre là-bas, mon pseudo est MELANIELOULE.]